Daphné...

Bronze

 

...ou les secrets d'une muse.

Fragment d’elle, qui se dégage de son doigt mutin. La concupiscence est à fleur de lèvres. Offre-toi, dissimule-toi.
La chair est tendre, elle est l’esclave de ses sens qui ne savent dire oui, qui ne savent dire non. Elle est prise dans la nasse d’un idéal de langueur bleu délices. Elle est femme-caresses, femme folle éperdue de jouissance. Elle est fille-effraie, fille nuit qui se fuit et se fustige de tant de regards posés sur elle.
Sur le fil, elle hésite. Perdue, déjà. Faite pour le désir, jeu subtil ; ainsi soit-elle.

Maudite pour des siècles et des siècles.

                                                                                         Cl. D.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Georgesculpteur