Coloriages inachevés

Cette série de grandes toiles très richement colorées mais cependant pas totalement recouvertes par la couleur évoque à la fois le mouvement Dada et le Surréalisme dont George revendique l'esprit ludique, trublion.

Les "coloriages inachevés" sont à voir comme des récits segmentés, des parcours traversant les références de l'histoire de l'art mais nourris de l'ensemble du travail de George et rythmés par les histoires et les temps de ses rencontres.

Dans ces dessins on reconnaîtra la plupart des personnages ou objets (portraits de femmes, petits animaux et objets appartenant à l'univers des jouets, de l'enfance, les Doodles) faisant partie de l'univers onirique et référentiel de l’artiste apparaissant au gré d'un désordre graphique joyeux et richement orné.
Ces coloriages évoquent également dans leur chaos maîtrisé la liberté de George de contrarier les codes convenus du dessin, de la couleur, de la forme en les dissociant dans la temporalité de leur fabrication et les explosant dans des confrontations malicieuses mais assumées.

 

 

 

Coloriage inachevé N°2

Les "coloriages inachevés" sont à voir comme des récits segmentés, des parcours traversant les références de l'histoire de l'art mais nourris de l'ensemble du travail de George et rythmés par les histoires et les temps de ses rencontres.

Coloriage inachevé N°5

Ainsi la fraîcheur des couleurs intenses évoque l'ambiance exotique très lumineuse des Îles du Pacifique de son l'enfance qui a imprégné ses rêveries et son imaginaire mais fait penser également à la très riche palette de la mexicaine Frida Kahlo.

Coloriage inachevé N°6

Toutefois, il s'agit aussi de "coloriages" ludiques empruntant au monde spontané de l'enfance et des apprentissages dont les Doodles poupées de bronze se revendiquaient déjà.

Coloriage N°7

Ces coloriages évoquent également dans leur chaos maîtrisé la liberté de George de contrarier les codes convenus du dessin, de la couleur, de la forme en les dissociant dans la temporalité de leur fabrication et les explosant dans des confrontations malicieuses mais assumées.

Coloriage N°8

Ces toiles font également penser dans leur composition aux magnifiques et surprenants vitraux des maitres verriers du 15e siècle qui par une déjà Moderne "dé-construction" dissociaient dans leur composition la forme des sujets représentés des couleurs apportées par les morceaux de verre et l'autonomie graphique des plombs de cerclage et des fers raidisseurs nécessaires à la stabilité fonctionnelle du vitrail.

Coloriage N°1

Oeuvre finie donc mais également "ouverte" au sens où les rêveries et les références de chacun font écho et entrent en résonance avec celles de l’artiste.

 

 

 

EXPOSITION

EN

PRÉPARATION

2019

“Libre dérive” Les oeuvres de George Sculpteur investissent le département des Alpes-Maritimes.


« Libre Dérive » est une exposition de George Sculpteur qui se déroulera sur une année (2019/2020) mais selon des temporalités fragmentées et spatialisées en fonction des opportunités d’accueil des divers lieux d’exposition engagés dans le Projet.

 

La « Dérive » est une déambulation, un parcours ludique et poétique dans un
territoire au gré des sensations suscitées par les différents lieux traversés.


L’exposition projetée est le souhait de présenter au public de nouvelles productions dans plusieurs lieux emblématiques du Département des Alpes Maritimes.


Chaque exposition sera l’objet d’une scénographie spécifique à chaque lieu, mettant en résonance les oeuvres de George ou avec l’esprit du lieu (spécificité de l’espace, imaginaire et mémoires du lieu).


C’est l’exigence d’un travail de contextualisation de la production de George, apportant ainsi une dimension nouvelle à son travail créatif. Il s’agit bien de la volonté de construire un dialogue artistique entre lieu/oeuvres/regard du visiteur et renforcer la dimension anthropologique du lieu d’exposition, fabrique de sociabilité et d’humanité, socle de mémoires et émotions partagées.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Georgesculpteur